• Alicia Mâzouz

Les LEGO : utilisation pour synthétiser un cours

Mis à jour : 31 mai 2020

Enfant, j'ai passé de longues heures à jouer aux Lego. Adulte, devenue enseignante en droit, lorsque j'ai retrouvé mes caisses de Lego j'ai eu l'intuition que je tenais un outil pédagogique utile entre les mains. Le droit a besoin d'images pour être appréhendé et les Lego offrent un pouvoir de création certain !


Illustration en Lego de la question prioritaire de constitutionnalité.



L'expérience


  • L'objectif poursuivi

L'utilisation des LEGO correspond dans cette hypothèse a une volonté de restitution et de synthèse des notions appréhendées durant une séance. J'ai utilisé cet outil comme un mode d'assimilation et de vérification de la bonne compréhension d'une séance. Cet outil fonctionne bien pour les cours qui appellent de représenter des processus ou de liens de droit entre des parties (exemple pour les matières de procédure, les avant-contrats...)


  • Public et mise en oeuvre


J'ai mené cette expérience à plusieurs reprises et sur des groupes très variés.


Voici quelques exemples

Cours de Licence 1 - Introduction à la procédure civile - 80 personnes ;

Clinique du droit Licence 2 - Droit des contrats - 16 personnes ;

Cours de Licence 3, Procédure civile, 50 personnes ;

Cours de Licence 3, Procédures civiles d'exécution, 20 personnes

Cours de Master 1 Mise - Droit des contrats , 80 étudiants (profil non juriste);

Du d'initiation au droit - Cours d'introduction au droit privé - 12 personnes (profil non juriste) ;


J'y ai consacré entre 30 minutes minimum et une heure environ (temps de construction, discussions, restitution, échanges...) Il s'agit de demander aux participants, placés en groupes, d'illustrer un ou plusieurs thèmes développés durant la séance. Afin de favoriser l'échange avec les groupes, je conserve les personnages LEGO et je circule entre les groupes pour qu'ils puissent m'exposer leurs choix. Je contribue ainsi à la construction tout en corrigeant les biais et les analyses au fur et à mesure. A l'issue de la construction, je demande aux personnes de circuler d'un groupe à l'autre pour essayer de deviner ce qui a été représenté par les autres groupes. Une personne référente reste pour représenter le travail du groupe. Une fois cette étape achevée, nous échangeons collectivement.


Plus le nombre de personnes est important, plus il est évidemment délicat de gérer les groupes et plus le temps consacré à l'exercice peut être allongé. Toutefois un effectif de 80 personnes reste possible à gérer avec une bonne organisation, l'énoncé de consignes claires et précises et beaucoup d'énergie ! Au-dessus d'un tel nombre, il peut être opportun d'être deux enseignants pour encadrer la séance.


La configuration des salles peut parfois poser des difficultés. Les salles de type amphithéâtre se prêtent peu au travail collaboratif (table étroites, inamovibles et peu propices à la construction ). C'est ainsi qu'un beau jour de juin, je me suis laissée tenter par une fin de séance en extérieur !









Le bilan


Le +

Ce qui est intéressant avec les LEGO c'est la construction collaborative qu'ils permettent. En cherchant les détails dans la représentation les étudiants approfondissent des points ou constatent la limite de leur compréhension. Ils répètent les notions et font parfois preuve de précision dans la représentation (par exemple dans la QPC illustrée ci-dessus la notion de filtrage est représentée par une barrière après une discussion du groupe). L'enseignant, en corrigeant la représentation, peut assez rapidement voir apparaître les faiblesses et les incompréhensions.


Le -

L'utilisation des LEGO peut sembler si éloignée du monde du droit à première vue que les participants sont parfois très décontenancés. Le démarrage peut être compliqué par une difficulté à se représenter l'intérêt et le sens de l'exercice. Il faut absolument expliquer les objectifs.



44 vues0 commentaire

2020 Fenêtre sur cours de droit