• aliciamazouz

Hy(bridez) moi ! ?

J'enseigne dans plusieurs lieux à la fois, tout en étant là, avec vous. Je ne sais plus vraiment qui est présent et comment mon public d'apprenants vit l'instant. Je perçois des réactions mais pas simultanément. Les codes se brouillent, ni bleus ni rouges, que faire ? On voudrait que cette rentrée soit ordinaire. Elle ne l'est pas. Alors pourquoi ne pas simplement accepter la différence et tirer profit de l'expérience.





Ce billet n'est pas un billet d'idées, d'outils, il est un billet d'humeur. Une envie d'être positive malgré tout ce qui nous entoure, les réformes, les contraintes, tous ces gestes barrières qui semblent entraver le coeur de nos enseignements. Mais qui nous imposent finalement une chose, louable, souhaitable : s'interroger sur le sens de la présence ? Pourquoi être ensemble ? Pour quelles histoires à se raconter ? Pour quels combats à mener ?


En cette rentrée, nous devons être, enseignants et enseignantes à l'Université des êtres hybrides. Essayons. Après tout pourquoi pas ? Certes, il n'est pas aisé de dérouler des raisonnements juridiques complexes tout en guettant les réactions des participants en présence, de répondre à leurs questions posées dans l'amphithéâtre dernière ce masque, de répondre aux questions posées sur le fil de discussion qui défile sur l'écran, derrière vous peut être, si vous avez la chance comme moi d'avoir un vidéoprojecteur synchronisé avec l'écran d'ordinateur et de Zoom à la fois (un vrai luxe, je le concède)... Tout cela demande beaucoup de flexibilité et d'énergie mais aussi d'accepter de prendre le temps. De s'arrêter, d'hésiter, de ne pas tout dérouler parfaitement, peu importe tant que le propos est énergique, tant que l'envie de faire réfléchir ce public en présence ou à distance existe. Tant que nous sommes connectés au droit, car il ne faut pas la perdre notre matière derrière toute cette technique.


J'ai la chance de dispenser en première année un cours formidable composé du droit des personnes et de l'étude des sources du droit. Il est formidable car j'aime ces matières, elles me stimulent, elles me donnent envie d'échanger. J'espère que vous avez aussi cette chance car n'oublions pas cela : tant que nous partageons des thèmes qui nous sont chers, je suis persuadée qu'avec ou sans masque, qu'à distance ou en présence, il y a quelque chose qui se passe.


Pendant plusieurs mois, j'ai appris à construire autrement les liens à distance (voir le billet sur la visioconférence) et maintenant j'apprends à chercher l'échange à travers les yeux de ceux et celles qui viennent s'assoir chaque semaine devant moi ou devant leur écran. A la fin du semestre, j'aurai un peu appris d'eux, beaucoup de ce nouveau fonctionnement, je me poserai encore des questions mais finalement j'aurai pu exercer ce formidable métier d'enseignante à l'Université. Serais-je devenue une enseignante hybride convaincue ? Réponse dans quelques mois ...

132 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout